Sommaire

Vous vivez en appartement et ressentez le besoin d'une compagnie animale ? Si le chat est souvent l'animal de prédilection quand on vit en appartement, il ne faut pas oublier qu'il a aussi des besoins qu'il faut respecter. Nous faisons le point, pour une cohabitation heureuse avec votre animal.

Chat en appartement : est-ce raisonnable ?

Si la question se pose encore quand au bien-fondé de votre envie d'avoir un chat de compagnie, voici des éléments à prendre en considération de façon honnête.

Petit appartement : non à l'adoption

Il n'est pas raisonnable, d'adopter ou d'acheter un chat :

  • Si vous vivez dans une seule pièce de petite taille (moins de 25 m²), si vos fenêtres donnent sur un environnement non stimulant (comme une cour) ou si vous vivez sous des combles ou au sous-sol.
  • Si vous n'êtes pas un compagnon présent et disponible les soirées, les week-end et que vous passez plus de 8 heures en dehors de chez vous. Si en plus de votre travail, vous faîtes du sport et avez une vie sociale riche, quelques caresses à minuit avant de vous coucher ne suffiront pas à rendre le chat heureux.
  • Si vous avez un budget trop limité pour offrir un environnement sain, pour faire face à la stérilisation et aux soins de maintenance (vermifuge et antiparasitaires au minimum).
  • Si vous êtes maniaque et ne supportez pas les poils sur vos vêtements, ne tolérez pas que le chat entre dans vos armoires, monte sur les meubles, voir abîme certains objets.
  • Si vous partagez votre appartement avec des personnes souffrant de pathologies telles que l'alcoolisme, l'autisme, ou tout autre syndrome provoquant des conduites violentes et imprévisibles.
  • Si votre environnement est particulièrement bruyant tout au long de la journée ou si vous êtes allergique (pensez à faire le test avant).
  • Si vous êtes trop exigeant sur les qualités qu'un chat doit avoir ou si votre compagnon n'aime pas les chats.
  • Si vous avez un sommeil léger (les chats confinés sont plus actifs le soir et la nuit).

Pour les personnes qui aiment vraiment les chats mais n'ont pas d'autres choix que de vivre dans un espace limité, vous pouvez :

  • faire du volontariat auprès d'associations de protection ;
  • faire du gardiennage sur votre temps libre ;
  • aller vous promenez dans des parcs qui hébergent des populations félines ;
  • vous rendre dans un café ou bar à chats, pour les cajoler.

Toutes ces activités sont susceptibles de rompre l'isolement social de la personne qui voudrait adopter un chat par sentiment de grande solitude, sans pour autant adopter un chat qui ne se sentira pas à l'aise dans son lieu de vie.

Chat en appartement : quand est-ce possible ?

Lorsque vous vivez dans un appartement qui dispose au moins de 2 grandes pièces, vous pouvez tout à fait adopter un chat. Dans cette situation, même si vous recevez ou si vous avez des occupations qui ne sont pas en accord avec votre chat, vous ne perturberez pas son intimité.

Le chat a un territoire spatio-temporel, divisé en aires d'activités. Deux pièces lui permettront d'utiliser l'espace suivant ses besoins :

  • Il ne peut être que bénéfique de disposer au moins d'une pièce ensoleillée et d'une fenêtre donnant sur un espace vert, ou sur une rue.
  • Une habitation comportant beaucoup de meubles, de plantes et d'objets de décoration sont autant de cachettes, d'endroits à explorer et à s'approprier pour un chat.
  • Un accès à l'extérieur est conseillé : un balcon ou une terrasse, que vous avez le droit de sécuriser et d'aménager, en accord avec votre syndic.

Avant l'adoption ou l'achat, demandez-vous si vous aurez le temps et le budget à consacrer pour votre animal. Vous voulez faire une bonne action ? Choisissez un chat âgé ou handicapé (aveugle, sourd, amputé, sensible au soleil).

Quelles races de chat choisir en appartement ?

Achat d'un chat en élevage

Amoureux de leurs chats et de leur métier, les éleveurs peuvent vous donner des conseils avisés sur l'éducation de votre chat.

Mais attention, tous vous vanteront les mérites de leurs protégés, « aimables, affectueux, intelligents et curieux » et surtout s'adaptant très bien à la vie en appartement. Vous ne serez pas plus avancé dans votre démarche.

Chat en appartement : processus de sélection

Ceci n'est pas un article sur l'élevage mais pour parler de races, une compréhension de base de ce que fait la sélection est indispensable. On peut sélectionner soit un trait comportemental, soit un trait physique :

  • Une morphologie particulière est une conséquence d'une spécialisation comportementale.
  • Une morphologie particulière est le fruit d'une sélection d'un trait physique comme par exemple la couleur ou longueur du poil.

Chez les chats, il y a peu de races anciennes et les processus de sélection se sont fait uniquement sur des critères morphologiques (fourrure, taille, museau, oreilles, queue). On peut regretter la mode actuelle pour des sélections de mutations qui rendent les chats moins aptes à vivre à l'extérieur (chats nus, blancs, oreilles recroquevillées, sans queue, faces plates…). Pour ceux-la, la vie en appartement n'est pas une mauvaise option.

On peut deviner que les modifications morphologiques ont des conséquences comportementales, mais quant à l'ampleur, elle n'a pas été étudiée. On sait que le caractère sauvage (plus prompt à la fuite, à l'agression s'il est effrayé, ou se sent menacé) dans les populations de chats de gouttière, est souvent présent, au moins dans un individu de la portée.

Les croisements de chats domestiques avec des petits félins sauvages, donnent des hybrides dont le but recherché est d'obtenir un chat domestique doux et calme avec des robes rappelant les léopards. Citons le Savannah, le Bengale, le chat lynx, Ashera. Normalement les hybrides vendus doivent être de quatrième génération pour éviter que le caractère sauvage (crainte et agressivité) ne refasse surface.

À part pour ces quelques races récentes, la plupart des races de compagnie sont issues de croisements remontant à de nombreuses générations, processus sensé produire des chats placides.

Comment choisir la race de son chat ?

Si votre choix se porte sur un chaton de race, sachez que :

  • Les chats décrits par les éleveurs comme curieux, aimant un seul maître, vocaux ne sont probablement pas les meilleurs candidats à la vie en appartement.
  • Les chats « siamois » et « orientaux » sont connus pour vocaliser, ils « parlent » beaucoup (trait à prendre en considération si on n'aime pas le bruit ou si l'appartement est mal isolé acoustiquement).
  • Les « persans », « chartreux », le « british ou l'exotic shortair » et en général les chats ramassés avec tête ronde et face relativement plate semblent faire l'unanimité pour leur calme, et le plaisir qu'ils tirent d'un grand confort et de votre compagnie.
  • Les chats longilignes, fins, dont la morphologie est proche de nos chats de gouttière ou des chats asiatiques sont plus actifs.

Pour l'achat de votre animal, tout dépend de votre choix :

  • Pour un chaton de race : achetez-le chez les éleveurs. Il faut vérifier que le chaton est élevé dans une maison, et non en box, et qu'il reste avec sa mère et la fratrie jusqu'à l'âge de 8 semaines minimum.
  • Pour un chaton ou chat de gouttière : procurez-vous le chaton dans une famille s'il est élevé dans une maison et non dans un garage où à l'extérieur, et si vous pouvez l'approcher et le toucher sans problème, gage d'une bonne socialisation.
  • Chat adulte : optez pour un chat ayant vécu en appartement et donné à l'adoption pour des raisons autres que des problèmes comportementaux. Vérifiez son histoire personnelle auprès de la personne qui vous le confie, du vétérinaire qui l'a suivi (historique médical) ou de la SPA qui l'a accueilli.
  • Les chats vendus en animalerie proviennent d'élevages non familiaux, quasi industriels. Ne favorisez pas ce type de commerce. Méfiez-vous également des ventes sur Internet.

Toutes les descriptions faites sur les races peuvent coller à n'importe quel chat domestique de gouttière, c'est la personnalité du chat qui en fera ou non un candidat capable de s'adapter au confinement.

Aucun animal, aucune race n'a été créé pour vivre une vie en cage. Si c'est votre choix, vous êtes garant de son bonheur.

Besoins d'un chat pour être heureux en appartement

Le non respect ou la négligence des besoins physiologiques et éthologiques du chat est une forme de maltraitance punie par la loi. Des enquêteurs peuvent venir saisir l'animal sur dénonciation.

Respect des besoins éthologiques du chat

Le cerveau d'un chat doit être stimulé pour assurer et maintenir ses fonctions cognitives, nécessaires à sa survie et son bien-être.

Le chat a besoin des activités citées ci-dessous pour assurer un bon fonctionnement du corps et de l'esprit :

  • Se mettre en quête de nourriture : le chat doit non seulement se nourrir (besoin physiologique) mais doit aussi « découvrir, fureter, fouiller, sonder, chasser ». Toutes ces activités font partie de la phase « appétence » du comportement d'alimentation. Elle est nécessaire au maintien des capacités cognitives du chat mais aussi à la phase de satiété. Le chat aura moins faim s'il a dû gagner son repas.
  • Bouger : « grimper, ramper, sauter, courir » sont nécessaires au maintien de la forme physique, de l'équilibre, et de la bonne coordination des mouvements.
  • Explorer : les organes sensoriels doivent être sollicités pour entrer en contact avec le monde, pour rester « éveillés ». L'exploration olfactive, tactile, visuelle, gustative sont les moteurs de l'action et aussi les outils de contrôle pour surveiller leur territoire.
  • Se protéger : c'est un besoin fondamental pour la survie du chat. Lorsqu'il ne se sent pas à l'aise dans son territoire, il risque de souffrir d'une forme de stress chronique, entraînant des problèmes de santé et de comportement. Si le chat a accès à un extérieur, il peut se soustraire aux tensions et agressions mais la vie en appartement le contraint à les supporter, ce qui engendre un mal-être. Lui laisser des cachettes est essentiel à son équilibre émotionnel.
  • Se reproduire : du fait de la stérilisation, trouver un partenaire sexuel et se reproduire n'est plus une quête à laquelle le chat est exposé. Les chats non castrés sentent la présence de congénères en chaleur même s'ils sont confinés en appartement. La stérilisation permet de diminuer des comportements de cour gênants pour la vie en appartement : marquage urinaire, vocalisation, tentatives d'évasion, excitation.
  • Dormir : des phases de sommeil profond sont nécessaires au traitement et enregistrement des stimulations et expériences. Le chat doit donc pouvoir dormir tranquillement, sans être dérangé. Comme le chat a un cycle circadien jour-nuit, il ne doit pas rester dans le noir toute la journée ni sous un éclairage permanent. Lors de vos absences vous ne pouvez laisser les volets baissés.

Chat en appartement : signes de mal-être

Est ressorti d'études comparatives entre groupes de chats ayant accès à un extérieur et étant enfermés à l'intérieur, que les chats confinés dorment plus longtemps et plus fréquemment, ils sont plus actifs le soir et la nuit, et ils mangent plus.

Les comportements suivants par contre doivent vous alarmer et vous amener à consulter un vétérinaire comportementaliste :

  • Un chat inactif, qui dort beaucoup et qui ne répond pas à des sollicitations de jeu ou de contact social, qui n'est pas gourmand et qui s'isole souvent pour dormir. Une trop grande passivité passe parfois inaperçue car le chat n'est pas difficile.
  • Une trop forte prise alimentaire avec un chat obèse. L'obésité du chat d'appartement est plus souvent un signe de mal-être que de gourmandise. L'ingestion de matières non comestibles, connue sous le nom de pica, peut-être liée au confinement.
  • Un comportement agité avec des agressions répétées sur les humains de même que des vocalisations rauques et des destructions indiquent une grande frustration.
  • Des comportements répétitifs que les tentatives de distraction n'apaisent pas comme, le toilettage, se gratter, tourner en rond ou parcourir sans cesse le même trajet sont des comportements compulsifs qui indiquent la difficulté de l'animal à s'adapter au manque de stimulations.

Faciliter l'adaptation et aménager le cadre de vie de son chat

Il faut être un maître assez permissif et inventif pour enrichir la vie d'un chat enfermé :

  • Règle élémentaire : le chat organise son territoire en différentes zones d'activité. Ne mettez pas dans la même pièce les gamelles (zone de nourrissage) et le box de litière (zone d'élimination).
  • Le nourrir : utilisez des jeux : distributeur de croquettes au lieu de la gamelle, variez son alimentation, choisissez un mix de sachets humides, n'hésitez pas à lui faire sentir, voire goûter un met s'il s'approche ou le demande. Cela ne veut pas dire le nourrir mais lui offrir des expériences olfactives et gustatives.
  • Le faire bouger : laissez votre chat grimper sur les meubles, aménagez votre intérieur avec un grand arbre à chat, haut et avec plusieurs plateformes : cachette, hamac, poste d'observation. Faites un parcours d'étagères savamment dispersées de façon à ce que le chat saute de l'une à l'autre. Achetez des jouets qui stimulent l'instinct de prédation : pointeur laser, disque avec proie mobile qui bouge sous une cape, souris en fourrure ou oiseau qui imite le cri de la proie.
  • Le faire explorer : toute nouveauté est bien venue, ne jetez pas vos emballages, laissez-le sentir et explorer sacs de course, cartons d'emballage, cartables. Rentrez de vos promenades avec des trouvailles de saison : plume, noix, branche, cailloux, coquillage. Plutôt que de garder des plantes en pot, faites-en un mini-jardin, agrémentez-le d'une fontaine avec réservoir où peuvent flotter des petites balles. Choisissez des plantes que le chat aime mâcher comme les herbes à purger (blé ou orge germé), des plantes euphorisantes telles que la « Nepeta Cataria, Tteucrium Marum, Valériana Officinalis ». Si vous aimez jardiner, laissez-le s’impliquer, pourquoi pas faire du Kokemada. En général, toute activité de bricolage est susceptible de l’intéresser. Une caisse remplie d'argile peut lui donner l'occasion de se rouler dedans, ce qui est un comportement antiparasitaire de la plupart des animaux. Variez les substrats (moquette, tapis en coco, laine). Soyez inventif, à la hauteur de son imagination.
  • Dormir et se protéger : laissez-lui l'accès à toutes les cachettes possibles : intérieur de placard, sous les lits, installez-lui des maisonnettes ou dômes, un hamac à la fenêtre pour prendre le soleil. Si votre budget est limité, bricolez-lui des cachettes avec de vieux pulls ou des cartons.
  • Il faut absolument aérer les pièces 10 minutes le matin et le soir. Veillez à ce que ce soit sécurisé pour éviter une chute. Nos appartements sont pollués par de nombreuses substances chimiques venant du stockage de produits d'entretien, de la plupart de nos meubles émanent des gaz issus de solvants dangereux et colles utilisés pour fabriquer meubles et peintures (COV), de parfums d'ambiance, de fumée de cigarettes. Ce sont des produits irritants et donc perturbateurs de l'humeur qui peuvent être source d'agression. De plus, ils sont potentiellement allergisants.

Pour qu'un chat se sente bien, adopter deux chats peut être la solution. Si vous voulez que votre chat ait une compagnie féline, choisissez de préférence 2 femelles issues de la même portée.

Sachez que les chiens peuvent être d'excellents compagnons, en particulier les chiens calmes et de grande taille.

Pour aller plus loin :